couverture fiche projet

Pérou

Notre partenaire local Kallpa a renforcé les comités de vigilance dans trois communautés des bidonvilles de San Juan de Lurigancho, dans la banlieue de Lima. Composés pour chacun de 5 dirigeants et de 5 agents de protection (tous élus par la communauté), leur mission est de veiller à ce que 184 enfants accèdent à une nutrition saine, aux services de santé, d’éducation, de loisirs et de protection.

Ne pas banaliser la violence

Plus d’un tiers des parents sont persuadés que les enfants qui ne sont pas battus sont mal éduqués. Kallpa a formé les parents et les institutions en charge de l’enfance à prendre en compte les droits des enfants et a ensuite organisé des rencontres avec des enfants où ces derniers ont pu leur exprimer leur ressenti face à la violence.

À Cajamarca, la maison d’accueil de Chibolito, qui permet aux enfants vivant dans la rue de trouver un refuge où se laver et se nourrir, a accueilli de manière quotidienne 22 adolescents et enfants. Chibolito a également organisé des ateliers de menuiserie, d’artisanat et de cuisine à destination d’une trentaine d’adolescents afin de leur fournir des compétences et capacités nécessaires pour trouver une source de revenus mais aussi reprendre confiance en soi.

35 enfants (18 filles et 17 garçons) exclus du système scolaire officiel (pour comportements inadaptés, absences…) ont pu, grâce à l’école Yakapacha dirigée par Chibolito, accéder à une éducation adaptée à leur rythme et à des activités de loisirs.

Les enfants oubliés de la croissance

Au Pérou, malgré le développement économique remarqué du pays, 35% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Cette pauvreté se concentre et s’est accrue dans les bidonvilles de Lima ainsi que dans les régions rurales.

Dans ce contexte de précarité, les enfants sont les premières victimes : malnutrition, maladies, exclusion scolaire, violences ou encore exploitations.


« Avant, je faisais des choses que je ne devais pas. Je frappais mes enfants dès que j’étais énervé. Grâce aux ateliers de Kallpa, je dialogue avec eux lorsque quelque chose ne va pas. »
Manoel, père de 2 enfants
retour