Des paysans déterminés à rester debout

Résignation et découragement ne sont pas des mots haïtiens. Lespartenaires PAPDA, Tèt Kole, SOFA, ICKL et SAKS accompagnent 1.585familles vulnérables vivant dans les zones reculées afin d’assurerleurs sécurité et souveraineté alimentaires.

À la fin de la deuxième année du programme, 504 familles maîtrisentles techniques d’agroécologie et ont augmenté de 10% leur produc-tion. Cela leur permet de faire face à l’augmentation des prix suite àl’inflation que connaît le pays.

PAPDA (Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développementalternatif), ICKL (Institut culturel Karl Levêque) et Tèt Kole ontdistribué 65 vaches et 115 chèvres en utilisant le mécanisme du créditrotatif Pase Kado. 548 familles ont déjà bénéficié de ce mécanisme.

Les partenaires ont également accompagné les familles dans lerenforcement et la mise en place de petites entreprises solidaires : cassaverie dont les produits sont notamment utilisés en tant quecomplément alimentaire pour les enfants souffrant de malnutritionou encore une boulangerie communautaire qui a permis de financerdes investissements dans la communauté, notamment pour l’école.

Une population abandonnée par ses dirigeants

Haïti est le 4e pays le plus vulnérable aux effets du changement climatique et a connu, en 2018, une longue période de sécheresse qui a affecté considérablement les communautés rurales où plus de 80% vivent de l’agriculture. Couplée à une inflation galopante, la pauvreté qui frappait 65% de la population s’est aggravée et plus de 4,5 millions de personnes souffrent ou sont menacées par la famine.

Cette situation ainsi que les scandales de corruption du président Moïse ont provoqué un soulèvement populaire. Inévitable quand un président favorise l’agrobusiness à grande échelle au détriment des réels besoins des petits paysans haïtiens vivant dans les zones reculées du pays, zones que l’État délaisse et surnomme même « le pays en dehors ».


« De nombreux défis subsistent toujours et nécessitent que nous nous mobilisions, surtout en matière de plaidoyer politique pour renforcer des initiatives d’économie sociale solidaire qui permettent aux communautés de devenir les actrices principales de leur processus de transformation. »
Jean-Pierre Ricot(PAPDA)
retour